Cinéma // THX 1138: le monde selon George Lucas

October 23, 2018

THX 1138 est un film d'anticipation fascinant réalisé par Georges Lucas en 1971. Lucide, il dénonce la montée en puissance d'un monde déshumanisé gouverné par un système hautement autoritaire dans lequel l'être se meurt. Voici ici une critique remarquable qui met les mots justes sur ce que dépeint le chef d'oeuvre. 

 

L'histoire :

Au XXVe siècle, dans une cité souterraine qui ressemble à une termitière humaine où chacun s'identifie par un code de 3 lettres et 4 chiffres, THX 1138 est un technicien tout à fait ordinaire travaillant sur une chaîne d'assemblage de policiers-robots.
Un jour, il commet pourtant un acte irréparable : lui et sa compagne LUH 3147 font l'amour dans une société qui l'interdit formellement. Pour THX 1138, c'est désormais la prison qui l'attend...

 

La critique :

"Je passe tout de suite la trame narrative, qui peut avoir un goût de déjà vu aujourd'hui. Ce n'est pas la force du film, bien qu'on puisse émettre quelques réserves sur ce point : il y a d'abord ce petit parfum charmant, très "ex-URSS à la mode art-déco", qui est étonnant. Et puis il y a tout simplement le contexte d'élaboration du film, qui date de 1971 !

 

C'est là qu'on passe à l'autre face, la face lumineuse de l'ovni, son aspect visuel et esthétique. Quelle claque ! THX 1138 nous plonge avec force dans une désolation blanche, dans un grand purgatoire blanc, sorte de point ultime de l'enfer aseptisé, de la perfection morbide, de l'horreur divine. Ennuyeux? Fascinant plutôt.

 

Car Lucas a eu une idée géniale : exploiter jusqu'au bout la force métaphorique et philosophique du blanc, qui est lumière mais non couleur, qui est à la couleur ce que le lisse est à la matière, un déni d'être, un déni de densité, un déni de liberté et de vie. Le blanc, symbolique parfaite d'une modernité poussée à son paroxysme : une technologie si parfaite qu'elle devient lisse, un rêve d'ergonomie tendant à la magie sinon la religion, enfin une négation de l'être pensant en perte progressive de repères. Et c'est jubilatoire tant Lucas fait un usage immodéré de lisse et de blanc, jetant sur les hommes une peur primaire aux relents d'hôpitaux, une peur d'effacement en même temps qu'une fascination hallucinée.

 

C'est donc esthétiquement très réussi, et réalisé avec des moyens à mille lieues de ce que l'on peut faire aujourd'hui. THX 1138 est donc un drôle d'objet cinématographique, un peu bipolaire, aussi avant-gardiste et fascinant qu'il peut sembler vieilli."

- Critique publiée par Zaul dans Sens critique

 

 

Les auteurs de ce post

Iori et Ganji sont les fondateurs de la méthode Anankea, parcours thérapeutique et initiatique en 4 temps. Pour en savoir plus: rdv page Soins et thérapie et page Iori et Ganji

- Contact : ganjianankea@gmail.com

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Au-delà du visible: les racines du monde

June 9, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

October 30, 2019